Vos messages de sympathie

Ajouter votre message ci-dessous, (qui sera ajouté après vérification) :
(* : champs requis)


Thierry: Briançon
Ta présence parmi nous au quotidien durant tout l'hiver... le petit café du matin au Chaz... les échanges divers sur les conditions de la neige ou sur la marche de l'école de ski ou encore sur nos vies et nos voyages. Tu vas nous manquer l'hiver prochain! Voilà, c'est ça la vie! Les jours passent, on se cotoie, on échange, on s'aime ou on s'engueule, et un jour ça s'arrête! Tu as marqué ton passage à l'école de ski par un certain état d'esprit dont nous nous souviendrons. Beaucoup de respect et d'émotion. Namaste Djano!

mardi 22 juillet 2008
gg de Banon: BANON
Tu te souviens que je t'ai battu au scrabble à 5 600m! On marquait peu de points... Malgré tout tu me donnais des tuyaux pour les y, w, et k, pour me faire plaisir! Tu as aussi convenu que mon fromage était le meilleur du monde, pour me faire plaisir! J'ai aujourd'hui un immense plaisir de t'avoir connu jeanno. Si tu croises du monde que je connais, embrassez vous.

lundi 21 juillet 2008
P'tit Pat de Serre Che: Serre Che
salut Jean Noël, mes premieres pentes raides grace a toi, merci, glisse bien. P'tit Pat

dimanche 20 juillet 2008
alain: la roche de rame
je connaissais assz peu jean noel, mais nous partagions la même passion des sommets himalayens et il m'avait gentiment proposé de l'accompagner au nanga mais la maladie puis le decès de mon père m'en a empèché. Maintenant je trouve que cela fait beaucoup d'amis ou de copains disparus en Himalaya, quelle tristesse. Alain

vendredi 18 juillet 2008
Cécile
De très forts moments ce week-end quand nous nous sommes tous retrouvés pour toi, autour de toi et avons évoqué ensemble nos souvenirs... Continuons d'écrire et de visiter ce site pour apprivoiser doucement notre peine et apprendre à vivre en te gardant dans nos coeurs et dans nos vies, autrement mais aussi intensément.

jeudi 17 juillet 2008
Philippe
Je suis venu ce 12 jullet pour te rendre hommage,j'ai été trés marqué par cette journée car là je me suis rendu à l'évidence, Jano tu es vraiment parti... Tous tes amis étaient là, et ils étaient nombreux,pour te témoigner leur amitié et pour dire que tu laisses derrière toi un grand vide. J'ai rencontré ta maman, et ton frère, j'admire leur courage. Ton frère nous a parlé de cet oiseau qui est venu pour rentrer dans ta maison, à travers ce signe, je vois l'espoir d'une autre vie pour toi et pour nous tous quand le moment viendra. Nous nous reviendrons à Serre Chevalier, cette station que nous aimons grâce à toi, quand nous serons sur nos skis nous ne pourrons pas nous empécher de penser à toi et peut être qu'un jour nous glisserons sur une piste qui portera ton Nom.A bientôt Jano je vais continuer à venir sur ton site pour te faire vivre au delà de ....

jeudi 17 juillet 2008
jean-yves: Monetier les bains
Mon cher Jean-Noel Au moment de se quitter , laisse moi te dire l'immense privilège qu'a été le mien de te rencontrer , t'admirer, t'aimer ... Merci à toi pour cette leçon de vie : la vie d'un homme debout . Là ou vivent les perdrix blanches il y a un cairn pour toi avec des drapeaux à prières , j'espère que le vent emportera les nôtres jusqu'au Gasherbrum ... Adieu l'ami jean yves

mercredi 16 juillet 2008
jean noel Berlioz: serre che

Sur ce petit tas de pierres ont été posés quelques objets. Ces objets évoquent une vie, une passion. Derrière ces objets, ce cairn est tout aussi évocateur et chargé de symboles
Depuis l'aube de l'humanité un cairn, c'est la communication réduite à sa plus simple expression. Quelques pierres posées en équilibre qui font parler l'absence. Tout ceux qui courent la montagne et s'égarent un jour ou l'autre, éprouvent ce délicieux soulagement que procure la découverte de ces quelques pierres. Savoir que quelqu'un est passé par la, que la trace qu'il a laissé conduira à une autre trace, puis une autre encore pour montrer un chemin, Nos lointains ancêtres, lorsqu'ils prenaient possession d'une terre vierge élevaient un tas de pierres, un cairn.
Ainsi faisons nous aujourd'hui lorsque nous atteignons la cime d'une montagne; et ce cairn, pour nous comme pour nos ancêtres, n'est pas une simple trace de vanité: il veut dire avant tout: un homme est venu ici:et ce coin de terre s'en souvient et ces pierres nous le disent. Quelques cailloux ramassés sur place ,érigés dans un équilibre parfois précaire .
Tout montagnard reconnaitra et respectera ce simple édifice pour qu'il puisse transmettre son message, indiquer le col, montrer le chemin,ou juste témoigner et dire que quelqu'un est passé. Jean Noël est resté dans ses montagnes lointaines. Connaissant bien son monde, je pense pouvoir affirmer que ce n'est pas, pour lui, la plus triste des fins. Ceci bien sur n'enlève rien à notre peine. Il a disparu trop tôt, trop haut, trop loin puisqu'il a du rester la bas. Alors , pour ceux qui restent, pour aider au souvenir et matérialiser le vide, peut être soulager le deuil, nous allons dès demain dresser un cairn comme celui ci.
Une première trace au pied du grand Aréa.
Par la suite, très vite nous érigerons un deuxième cairn au sommet du grand Aréa ou tout ceux qui le souhaitent et quand ils le voudront, pourront poser leur pierre. Dés cet automne, en Himalaya ou nous nous sommes croisés l'an dernier j'entasserai quelques pierres dans ses traces au pied du Dhaulagiri Trois cairn ! c'est déjà un parcours, un itinéraire. Je ne doute pas que d'autres qui retourneront dans ses traces auront à cÅ“ur de prendre quelques cailloux et de les empiler pour baliser son chemin, un discret et grand chemin à l'image de celui qui l'a parcouru. Jean Noël a la plus majestueuse des sépultures et il restera cette trace immense qui , depuis l'Himalaya par dessus les montagnes se termine au pied du grand Aréa. Un cairn, c'est donc le chemin dit par des pierres et le souvenir d'un passage, mais c'est aussi , pour le mécréant que je suis, une sorte de prière un peu confuse qui vient certains jours plus tristes que d'autres. S'il est une pratique sportive respectable et respectée dans le milieu de la haute montagne, c'est l'amateurisme mené à son plus haut niveau.
Ce sont des amateurs qui ont écris les plus belles pages de l'alpinisme et de l'himalayisme. L'amateur c'est celui qui aime et qui animé par sa passion va pousser la pratique vers l'excellence. Le haut niveau pour des alpinistes comme Jean Noël ne réside pas uniquement dans la performence et la dimension de l'objectif, c'est aussi le haut niveau dans l'exigence éthique . Il est une autre valeur qui inspire le respect, c'est la notion d'engagement.
Poussé au + haut niveau, l'amateurisme nécessite un engagement total. L'engagement total c'est lorsque chaque prise de décision conditionne la réussite du projet mais engage aussi sa vie et la vie de ses compagnons. Je laisse à chacun apprécier le sens des responsabilités que cela implique. A contre courant de notre société, la bas, la haut,loin de tout, on assume, si ça tourne mal ce n'est pas de la faute des autres. Lors de ces expéditions dans ces montagnes lointaines, aventure, isolement, engagement ne sont pas des mots vidés de leur substance ou mis en scène par des médias truqueurs. Jean Noël dans sa démarche était resté un pur amateur au sens noble du terme, a ce titre, il mérite largement l'admiration et le respect sans réserve de tous les gens de la montagne.
Cette éloge à l'amateurisme et aux valeurs qu'il porte, s'adresse également à ses compagnons d'hier et d'aujourd'hui. Je sais le lien de ce compagnonnage Si Jean Noël faisait partie de l'élite de l'alpinisme il était également un modèle de discrétion et de modestie, je compati sincèrement à la douleur causée par la disparition de votre fils Madame ,de votre frère, de votre compagnon et je m'honore de l'avoir connu.
J N Berlioz


dimanche 13 juillet 2008
thierry: val des prés
jno tu resteras toujours auprés de nous tu es partis trop vite emporté par ta passion ,ta simplicité, ton humour, ta bonne humeur, tu avais toujours un mot sympathique avec une touche d' accent du sud une pensée pour ta maman, corinne et nicolas tchao l' artiste

samedi 12 juillet 2008
caroline: serre-che
Et voilà,nous t'avons dit adieu!adieu à un grand homme qui était plein de sagesse,d'humilité face aux sommets,d'amitié spontanée face aux gens dans la peine!!Peine que tu as allégée par tes paroles,ta sérénité,ton soutien...La vie m'aura au moins accordée la joie de t'avoir connu,et la petite pente de l'aiche,ridicule par rapport à tes exploits,gardera l'empreinte d'un etre exceptionnel!que ton repos soit aussi doux que ton coeur fut bon!

samedi 12 juillet 2008
Myriam, Thierry et Clarisse: Le Plessis-Bouchard
Jean-No, toutes nos pensées vont vers toi en ce jour. Merci pour tout... ces descentes merveilleuses, ces voyages fabuleux, ta passion si intacte, ta philosophie, ta joie de vivre,... je suis heureuse de t'avoir connu... On ne t'oubliera jamais.

samedi 12 juillet 2008
Philippe Scheidecker: Paris
Jean-Noël, je t'avais rencontré lors de ton expédition au CHO-OYU. Malgré ton excellence en montagne, tu étais resté modeste, souriant, attentif à chacun d'entre nous. Et en plus, tu avais une joie de vivre communicative ! Nous ne t'oublierons jamais !

mercredi 9 juillet 2008
na
3 semaines et toujours la même douleur je n'arrive pas a passer le cap ça fait trop mal et le pire c'est que je ne pourrai pas être samedi à la cérémonie te dire adieu et combien je t'aime.je t'oublierai jamais et tu sera toujours dans mon coeur.

lundi 7 juillet 2008
Brigitte: St Maximin la Ste Baume
Djano, Je ne pourrai pas rejoindre tous tes amis pour un hommage en ton souvenir, mais ce jour là , je serai par le coeur et par la pensée au milieu d'eux. Il te fallait un site grandiose comme dernière escale, alors à bord de ton linceul de cristal, veille sur nous comme nous te chérissons. Toute ma tendresse à vous Madame Urban et tout mon soutien affectueux à Nicolas.

lundi 7 juillet 2008
mica: st chaffrey
j'ai encore du mal a réaliser ce qui vient d'arriver ...... Pas toi, pas comme ca ... Tu etais d'une générosite immense et d'une grande simplicite .. la montagne à récupérer un de ses fils les plus doués. Tu va nous manquer mica et céline

lundi 7 juillet 2008
 
Powered by Phoca Guestbook